Mise à jour du Rapport sur la politique monétaire - Janvier 2004

Disponible en format(s) : PDF

Depuis la livraison d’octobre du Rapport sur la politique monétaire, la Banque du Canada a été amenée à modifier ses prévisions en matière d’expansion économique et d’inflation au pays en raison de trois facteurs. Premièrement, l’activité dans le reste du monde, en particulier aux États-Unis, s’est avérée plus vigoureuse qu’escompté. Deuxièmement, le dollar américain a poursuivi sa vive dépréciation par rapport aux autres grandes monnaies, dont le dollar canadien, sous l’effet essentiellement des déséquilibres économiques mondiaux. Enfin, les révisions à la baisse apportées aux données du PIB au Canada pour le premier semestre de 2003 et les taux de croissance inférieurs aux attentes aux troisième et quatrième trimestres de l’année signifient que la marge de capacités inutilisées était un peu plus importante à la fin de 2003 que la Banque ne le projetait au moment de la parution du Rapport d’octobre.

Tenant compte de ces facteurs et de leur persistance probable, la Banque a abaissé sa projection relative à la production pour les 18 prochains mois et conclu qu’il fallait accroître le degré de détente monétaire pour soutenir la demande globale et favoriser le retour de l’inflation à 2 % à moyen terme. C’est pourquoi, le 20 janvier, elle a réduit le taux cible du financement à un jour de 25 points de base pour l’établir à 2 1/2 % (Graphique 1).