L'entrepreneuriat est un ingrédient clé de la croissance de la production et de l'emploi. C'est pourquoi la plupart des États industrialisés possèdent des programmes conçus pour faciliter l'accès des jeunes entreprises au capital de risque. Les auteures ont mis au point un modèle qui détermine de manière endogène le nombre d'entrepreneurs ainsi que la quantité de financement et de conseils managériaux fournie optimalement par un programme public d'accès au capital de risque. Leur analyse repose sur un modèle de choix professionnel où la compétence des entrepreneurs pose un problème d'asymétrie d'information. Les auteures établissent quelles conditions peuvent donner lieu à un surinvestissement ou, au contraire, à un sous-investissement. Elles montrent par ailleurs que l'équilibre se caractérise par la présence en nombre inefficient (trop grand ou trop faible) d'entrepreneurs de moindre compétence. Elles constatent enfin que l'intervention des autorités publiques a pour effet de réduire le bien-être si elle ne s'accompagne que d'une quantité limitée de conseils managériaux; il pourrait donc être optimal d'offrir davantage de conseils aux entreprises.

Aussi publié sous le titre :

Public Venture Capital, Occupational Choice, and Entrepreneurship
Topics in Economic Analysis and Policy (1538-0653)
Janvier 2004, vol. 4, no 1, article 25, p. 1-22