L'auteur décrit le modèle d'un système bancaire corrompu où les banquiers prêtent intentionnellement des fonds au taux du marché pour financer des projets plus risqués que ce n'est normalement le cas à un tel taux. Face au retrait précoce de dépôts, les banquiers se tournent vers le marché des prêts interbancaires, lesquels peuvent être accordés sans restrictions, avec restrictions ou ne pas être accordés. La corruption amplifie nettement le risque de propagation des défaillances bancaires. Cela est vrai dans un contexte où on dispose d'information complète et dans certains où l'information est incomplète. Selon le modèle, la stabilité financière peut être compromise par des pratiques frauduleuses en matière de prêts.