L'auteur examine un rapport d'arbitrage fondamental qui existe entre retard de règlement et liquidités intrajournalières dans les opérations quotidiennes traitées par les systèmes de transfert de gros paiements, notamment dans le cadre du Système de transfert de paiements de grande valeur (STPGV). Pour réduire le retard de règlement, les participants doivent généralement maintenir un degré élevé de liquidités intrajournalières dans le système. La tenue de ces liquidités et le retard de règlement pouvant être coûteux pour les participants aux systèmes de paiement, il est souhaitable que l'arbitrage soit amélioré. Le remplacement des modes habituels de gestion des opérations en attente par un régime doté d'un algorithme complexe de retrait de la file d'attente constitue l'une des améliorations possibles. Ce genre d'algorithme devrait permettre une baisse des besoins en liquidités intrajournalières et un traitement accéléré des opérations dans les systèmes de paiement. L'auteur recourt à une analyse par simulation pour tester empiriquement l'application de ce concept au STPGV du Canada. L'analyse est réalisée au moyen d'un simulateur de système de paiement, le BoF-PSS2, développé par la Banque de Finlande. L'auteur montre que le recours accru à une file d'attente centralisée dans le STPGV (qui contient un algorithme complexe de retrait de la file) a pour effet de diminuer le retard de règlement associé à chaque niveau de liquidités intrajournalières considéré, par rapport à un mode standard de gestion de la file d'attente. Les résultats obtenus mettent en lumière des questions importantes.