Rapport sur la politique monétaire - Octobre 2006

Disponible en format(s) : PDF

L’économie canadienne continue de fonctionner à un niveau tout juste supérieur à sa capacité de production, et l’inflation mesurée par l’indice de référence attendue à court terme a augmenté quelque peu. Toutefois, étant donné le ralentissement plus rapide que prévu de l’activité aux États-Unis, le scénario de référence relatif à la croissance de l’économie canadienne a été revu légèrement à la baisse par rapport à celui exposé dans la Mise à jour de juillet du Rapport sur la politique monétaire. En outre, le recul des prix de l’énergie a entraîné une révision à la baisse du taux d’accroissement projeté de l’IPC global et contribué à ramener le cours du dollar canadien dans une fourchette un peu plus basse.

Bien que la demande intérieure au Canada ait continué de progresser à un rythme solide, la croissance du PIB aux deuxième et troisième trimestres de 2006 a été plus faible qu’on ne s’y attendait, en bonne partie à cause du fléchissement des exportations nettes. La détérioration des perspectives à court terme aux États-Unis est venue assombrir celles des exportations et de la croissance au Canada. De plus, compte tenu de l’évolution récente de la productivité du travail, la Banque a réduit à 2,8 % le taux d’augmentation de la production potentielle postulé pour la période 2006-2008. En conséquence, la Banque a revu à la baisse son scénario de référence concernant l’économie canadienne et entrevoit maintenant une progression du PIB de 2,8 % cette année et de 2,5 % en 2007. Cependant, vu la reprise escomptée de l’économie américaine vers la fin de l’an prochain, la croissance devrait s’accélérer pour atteindre 2,8 % en 2008. Ce profil de croissance implique que le faible excédent affiché par la demande en ce moment se résorbera d’ici le second semestre de 2007 et que par la suite l’économie demeurera essentiellement en équilibre jusqu’à la fin de la période de projection.

Sommaire du RPM - Octobre 2006