L'auteur construit un modèle dynamique de concurrence bancaire pour déterminer quelle source de capitaux constitue l'instrument de discipline le plus efficace pour limiter la prise de risques par les banques. Les sources de financement qu'il compare sont les capitaux propres, les titres de dette de rang inférieur et les dépôts non assurés. À partir d'une version adaptée du modèle de Repullo (2004), l'auteur évalue l'efficacité de la structure du capital réglementaire dans un cadre où les banques décident du niveau de risque assumé en tenant compte de la valeur de licence et de la concurrence dont les déposants sont l'objet. Sa principale conclusion est la suivante : bien que les trois sources de financement considérées puissent toutes être un vecteur de la discipline de marché, ce sont les capitaux propres qui dominent généralement, devant les titres de dette de rang inférieur, lesquels dépassent légèrement en efficacité les dépôts non assurés.