Les auteurs montrent que, si les taux obligataires forment le canal de transmission de la politique monétaire, l’application du principe de Taylor est généralisable. Le nouveau principe exige que la moyenne des réactions du taux directeur à l’inflation soit perçue comme étant au moins égale à un. Ce résultat permet d’expliquer comment la réaction des taux obligataires à l’évolution de l’inflation peut se révéler stable même lorsque la politique monétaire est passive. Une autre explication possible est que les primes de terme varient dans le temps en fonction de l’inflation. Pour illustrer les mécanismes en jeu et obtenir des résultats empiriques à l’appui des deux canaux de transmission avancés, les auteurs présentent un modèle de structure des taux sans arbitrage où les perceptions de la politique monétaire dépendent d’un horizon temporel et où les primes de terme fluctuent avec le temps.

Publication :

The North American Journal of Economics and Finance (1062-9408)
Mars 2008, vol. 19, no 1, p. 71-92