La Banque du Canada a annoncé aujourd'hui qu'elle maintient le taux cible du financement à un jour à 3 %. La fourchette opérationnelle pour ce taux est inchangée, et le taux officiel d'escompte demeure à 3 1/4 %.

Trois grands facteurs influent sur l'économie canadienne : le ralentissement prolongé de l'économie américaine, les turbulences persistantes sur les marchés financiers mondiaux et la forte augmentation des cours de nombreux produits de base. Les deux premiers facteurs évoluent dans l'ensemble conformément aux attentes énoncées dans la livraison d'avril du Rapport sur la politique monétaire. Les prix des produits de base continuent toutefois de dépasser les prévisions antérieures. Il en est résulté de nouvelles hausses des termes de l'échange du Canada et du revenu national réel ainsi qu'une modification des perspectives d'évolution de l'inflation dans le monde et au pays.

Même si l'économie canadienne a connu au premier trimestre une expansion plus faible que prévu, la demande intérieure finale continue de croître à un bon rythme. On estime qu'une légère offre excédentaire est apparue dans l'économie au second trimestre; l'offre excédentaire devrait augmenter durant le reste de l'année. La Banque s'attend à ce que le niveau élevé des termes de l'échange, le degré de détente monétaire et le redressement graduel de l'économie américaine poussent le taux de croissance au-dessus de celui de la production potentielle dès le début de 2009 et favorisent ainsi le retour de l'économie à son plein potentiel vers le milieu de 2010. Le PIB canadien devrait progresser de 1,0 % en 2008, de 2,3 % en 2009 et de 3,3 % en 2010.

La Banque prévoit que l'inflation mesurée par l'IPC global sera nettement plus élevée au cours de la prochaine année que ce qui avait été projeté en avril. En supposant que les prix de l'énergie évoluent conformément aux cours actuels des contrats à terme durant la période de projection, le taux d'accroissement de l'IPC global devrait se hisser temporairement au-dessus de 4 % et culminer au premier trimestre de 2009. Les prix de l'énergie se stabilisant et les attentes d'inflation à moyen terme demeurant bien ancrées, on s'attend à ce que le taux d'augmentation de l'IPC global converge vers celui de l'indice de référence, à la cible de 2 %, au deuxième semestre de 2009. L'inflation mesurée par l'indice de référence devrait rester bien contenue et généralement conforme aux attentes antérieures, pour se chiffrer à près de 1,5 % en moyenne jusqu'à la fin du troisième trimestre de cette année et remonter ensuite à 2 % au second semestre de 2009.

Les trois grands facteurs qui influent sur l'économie canadienne font peser d'importants risques, tant à la hausse qu'à la baisse, sur le scénario de référence de la Banque. À la lumière de ce que ceux-ci impliquent, la Banque considère que les risques entourant sa projection au sujet de l'inflation sont équilibrés.

Dans ce contexte, la Banque estime que le taux cible du financement à un jour demeure à un niveau approprié. Elle continuera de suivre de près l'évolution des risques, ainsi que celle de la conjoncture économique et financière au Canada et dans le monde, et de mener la politique monétaire de manière à atteindre la cible d'inflation à moyen terme.

La Mise à jour du Rapport sur la politique monétaire, qui paraîtra le 17 juillet 2008, contiendra la projection détaillée de la Banque pour l'économie et l'inflation ainsi que son analyse des risques s'y rattachant.

Note d'information

La prochaine date d'établissement du taux cible du financement à un jour par la Banque du Canada est le 3 septembre 2008.