The Effect of Exchange Rate Movements on Heterogeneous Plants: A Quantile Regression Analysis

Disponible en format(s) : PDF

Dans cette étude, nous examinons en quoi l'effet des variations du taux de change réel sur les usines manufacturières dépend de la position des usines à l'intérieur de la distribution de la productivité. Lorsque la monnaie nationale s'apprécie, les usines du pays se trouvent exposées à une concurrence accrue de l'étranger à mesure que les possibilités d'exportation diminuent et que la concurrence des importations s'intensifie. En conséquence, les petites usines peu productives sont chassées du marché, tronquant ainsi l'extrémité inférieure de la distribution de la productivité. Les mouvements d'appréciation de la monnaie peuvent amener les usines subsistantes à réduire leur taille, ce qui, en présence d'économies d'échelle, peut entraîner une baisse de la productivité. Nous examinons ces mécanismes en utilisant la régression quantile, qui permet d'étudier la distribution conditionnelle de la productivité des industries. En nous servant de données recueillies au niveau des usines dans la totalité du secteur manufacturier canadien de 1984 à 1997, nous constatons que de nombreuses industries présentent une courbe de régression quantile à pente descendante, ce qui signifie que les variations du taux de change ont bel et bien des effets distributifs sur la productivité.