Exchange Rates and Individual Good’s Price Misalignment: Some Preliminary Evidence of Long-Horizon Predictability

Disponible en format(s) : PDF

En situation de rigidité des prix, les variations du taux de change nominal ont des incidences directes sur les prix relatifs entre pays. Un déséquilibre des prix relatifs déclenche un ajustement de la consommation et de l’emploi, et apporte un éclairage susceptible de faciliter la prévision de l’évolution future du taux de change. Bien que le modèle reposant sur la théorie de la parité des pouvoirs d’achat n’ait souvent qu’un faible pouvoir prédictif, il arrive que les différences de prix entre certains biens soient l’indice de déséquilibres du taux de change; ces différences pourraient alors servir à prévoir l’ampleur de la réévaluation à venir du taux de change nominal. Les auteurs recueillent des données sur les prix des biens de manière à en dégager les écarts par rapport à la loi du prix unique, puis examinent si leur modèle de déséquilibre des prix permet de prévoir le taux de change nominal entre le dollar américain et deux autres monnaies : le yen et la livre sterling. Les auteurs parent au biais créé par la petite taille de l’échantillon et aux problèmes de surexploitation des données en tirant leurs déductions de distributions découlant d’une procédure bootstrap et en faisant appel au test de « supériorité prédictive » ou test SPA (pour superior predictive ability) que propose Hansen. Le coefficient et le R2 augmentent avec l’horizon de projection des deux taux de change bilatéraux étudiés ($ É.-U./¥ et $ É.-U./₤). Les tests SPA réalisés hors échantillon donnent à penser qu’aux horizons éloignés, le modèle proposé de déséquilibre des prix surclasse les modèles de marche aléatoire (avec dérive ou non) au seuil de 5 % dans le cas du taux de change $ É.-U./¥.