La Banque du Canada a annoncé aujourd’hui qu’elle maintient le taux cible du financement à un jour à 1½ %. Le taux officiel d’escompte demeure donc à 1¾ %, et le taux de rémunération des dépôts, à 1¼ %.

L’inflation mesurée par l’indice des prix à la consommation (IPC) a augmenté pour atteindre 3 % en juillet. Ce taux supérieur aux prévisions est surtout attribuable à la hausse soudaine des tarifs aériens, une des composantes de l’IPC. La Banque s’attend à ce que l’inflation mesurée par l’IPC redescende vers 2 % au début de 2019, à mesure que les effets des hausses passées des prix de l’essence se dissiperont. Les mesures de l’inflation fondamentale utilisées par la Banque demeurent fermement autour de 2 %, ce qui cadre avec une économie tournant à un niveau proche de sa capacité depuis un certain temps. La croissance des salaires reste modérée.

Les données récentes concernant l’économie mondiale ont été conformes aux prévisions contenues dans le Rapport sur la politique monétaire (RPM) de la Banque paru en juillet. L’économie américaine est particulièrement robuste, comme en témoigne la vigueur des dépenses de consommation et des investissements des entreprises. Les tensions commerciales élevées restent un des principaux risques qui pèsent sur les perspectives mondiales, et elles exercent des pressions à la baisse sur le prix de certains produits de base. Parallèlement, les tensions financières se sont intensifiées dans certains pays émergents, mais les retombées sur d’autres pays sont limitées.

L’évolution de l’économie canadienne suit de près la projection de juillet de la Banque, qui anticipait une croissance moyenne proche du taux de croissance de la production potentielle. Après s’être accru de 1,4 % au premier trimestre, le PIB a rebondi de 2,9 % au deuxième trimestre, comme l’avait prévu la Banque. L’expansion du PIB devrait ralentir temporairement au troisième trimestre, surtout sous l’effet de fluctuations continues de la production et des exportations d’énergie.

Bien que l’incertitude quant aux politiques commerciales continue de peser sur les entreprises, le déplacement de la demande vers les investissements des entreprises et les exportations se poursuit. Malgré la volatilité des données, les investissements des entreprises et les exportations ont affiché une solide croissance depuis plusieurs trimestres. Pendant ce temps, l’activité sur le marché du logement commence à se stabiliser, du fait que les ménages sont en train de s’ajuster aux taux d’intérêt plus élevés et aux changements apportés aux politiques en matière de logement. L’amélioration continue de l’emploi et du revenu du travail contribue à soutenir la consommation. Les effets des hausses passées de taux d’intérêt se transmettant dans l’économie, la croissance du crédit s’est modérée et le ratio de la dette au revenu des ménages commence à légèrement diminuer.

Les données récentes renforcent l’évaluation du Conseil de direction, qui estime que des taux d’intérêt plus élevés seront justifiés pour assurer l’atteinte de la cible d’inflation. Nous continuerons d’adopter une approche graduelle, guidés par les nouvelles données. En particulier, la Banque continue de jauger la réaction de l’économie aux taux d’intérêt plus élevés. Elle surveille également de près le déroulement des négociations concernant l’ALENA et l’évolution d’autres politiques commerciales, ainsi que leur incidence sur les perspectives d’inflation.

Note d’information

La prochaine date d’établissement du taux cible du financement à un jour est le 24 octobre 2018. Le RPM que la Banque publiera au même moment contiendra la nouvelle projection pour l’économie et l’inflation ainsi qu’une analyse des risques connexes.