Nous proposons une nouvelle évaluation de l’utilité de diverses mesures de l’inflation fondamentale pouvant servir à la conduite de la politique monétaire. Nous constatons que les mesures actuellement privilégiées par la Banque du Canada, à savoir l’IPC-moyenne tronquée, l’IPC-médiane pondérée et l’IPC-composante commune, répondent encore le mieux à toute une série de critères. Comme à l’évaluation précédente, celles-ci sont moins biaisées, moins volatiles et beaucoup plus à même de rendre compte des variations persistantes de l’inflation que les autres mesures de l’inflation fondamentale et que l’inflation mesurée par l’IPC. De plus, elles continuent à ce jour de suivre le cycle économique. Notre analyse révèle que les révisions historiques apportées à ces trois mesures depuis leur mise en place ont été relativement mineures et que l’IPC-composante commune semble moins susceptible de faire l’objet de révisions et moins sensible aux chocs sectoriels que l’IPC-moyenne tronquée et l’IPC-médiane pondérée.