Market Concentration and Uniform Pricing: Evidence from Bank Mergers

Disponible en format(s) : PDF

Au cours des dernières années, l’incidence économique de la hausse du niveau de concentration des marchés dans bien des secteurs d’activité a suscité de nombreux débats. Dans cette étude, nous nous intéressons particulièrement au marché des dépôts américain.

Une concentration plus grande des marchés est généralement associée à des taux de rémunération des dépôts plus bas. Par conséquent, les autorités antitrust bloquent souvent les fusions et les acquisitions susceptibles d’accroître fortement la concentration dans les marchés locaux. Nous constatons toutefois que les taux des dépôts ne diminuent pas nécessairement après une fusion, même dans les secteurs où la fusion entraîne une hausse importante de la concentration. Cela peut s’expliquer par l’uniformisation des tarifs : les banques ont en effet tendance à offrir des taux de rémunération des dépôts très semblables dans toutes leurs succursales, peu importe les conditions locales.

Nous montrons qu’après une fusion, les taux des dépôts établis par la succursale acquise et le taux des dépôts médian de l’acheteur convergent. Cette convergence peut se traduire par une augmentation ou une diminution des taux des dépôts offerts par la succursale acquise. Nous comparons également l’incidence de l’écart des taux en vigueur avant la fusion et la hausse potentielle de la concentration après la fusion. Nous observons que l’écart des taux avant la fusion permet de prévoir comment s’orientera l’ajustement des taux, tandis que l’ampleur de l’ajustement dépend de la hausse potentielle de la concentration causée par la fusion. Il peut donc y avoir des fusions où la concentration augmente beaucoup, mais les taux des dépôts montent, et d’autres fusions où la concentration n’augmente pas et les taux des dépôts baissent. Ainsi, pour analyser l’incidence des fusions sur ces taux, nous devons tenir compte à la fois des variations possibles de la concentration des marchés et des écarts de taux avant la fusion.