Trade and Market Power in Product and Labor Markets

Disponible en format(s) : PDF

Quand la taille des entreprises définit le pouvoir qu’elles exercent sur le marché du travail, on constate que celles qui sont plus productives n’embauchent pas assez de travailleurs par rapport à leurs concurrentes moins productives de la même région. Cette mauvaise répartition de la main-d’œuvre réduit la productivité globale ou à l’échelle de l’économie. Une des principales sources de gains de bien-être résultant de l’ouverture aux échanges commerciaux est la réaffectation de la main-d’œuvre et des ressources des entreprises moins productives vers celles qui les utilisent plus efficacement. Ainsi, les échanges peuvent hausser la productivité globale, en partie en réduisant la mauvaise répartition du travail, mais ils augmentent par le fait même le pouvoir des entreprises très productives sur le marché du travail.

J’ai élaboré un nouveau modèle des échanges dans lequel le pouvoir de marché des entreprises dépend de leur taille dans les marchés où elles vendent leurs produits et dans ceux où elles embauchent leur main-d’œuvre. J’utilise des données sur l’industrie manufacturière de l’Inde pour évaluer comment la prise en compte du pouvoir sur le marché du travail modifie les effets de la libéralisation du commerce sur les prix, les salaires et les gains résultant des échanges.

Dans le modèle où le pouvoir d’une entreprise sur le marché du travail dépend de sa taille, on constate de faibles gains supplémentaires provenant des échanges commerciaux (0,14 % par rapport au modèle de référence, dans lequel les entreprises n’ont aucun pouvoir sur le marché du travail). Cela est dû au fait que la perte de productivité globale découlant de la mauvaise répartition de la main-d’œuvre diminue à mesure que les échanges augmentent. Bien que les gains obtenus des échanges soient plus importants, le niveau moyen de pouvoir sur le marché du travail augmente. Par conséquent, les gains des salaires réels globaux résultant des échanges sont plus faibles (0,4 % de moins que dans le modèle de référence).