Lignes directrices des participants

Disponible en format(s) : PDF

Le Défi du gouverneur

Je suis ravi de vous accueillir au Défi du gouverneur, un passionnant concours par équipe qui s’adresse aux étudiants du premier cycle universitaire et les plonge au cœur du processus d’élaboration de la politique monétaire à la Banque du Canada.

En tant que banque centrale du pays, nous protégeons la valeur de la monnaie au fil du temps en maintenant l’inflation à un niveau bas et stable, ce qui permet aux ménages et aux entreprises de planifier, d’investir, d’épargner et de dépenser en toute confiance.

Huit fois par année, le Conseil de direction de la Banque se réunit pour décider de la politique monétaire canadienne – autrement dit pour fixer le taux d’intérêt directeur – qui permettra d’atteindre notre cible d’inflation de 2 %. Chacune de ces décisions résulte d’un processus exhaustif auquel participent des centaines d’employés de l’institution, qui analysent un éventail d’indicateurs économiques et financiers pour faire des prévisions, portent un jugement sur la façon dont l’économie évoluera et déterminent les mesures que la Banque doit prendre pour faire en sorte que l’inflation atteigne notre cible à moyen terme.

Le Défi du gouverneur simule ce processus en vous faisant jouer le rôle de conseiller auprès des membres du Conseil de direction. Rivalisant avec des concurrents des quatre coins du pays, vous et votre équipe devrez analyser et prévoir l’évolution de l’économie et formuler une recommandation : relever le taux directeur de la Banque, l’abaisser ou le laisser inchangé.

Vous présenterez votre analyse et votre recommandation de politique monétaire à un jury composé de spécialistes durant la première ronde du concours. Si votre équipe se classe parmi les meilleures, elle sera invitée à prendre part à la ronde nationale, qui se déroulera au siège de la Banque, à Ottawa. Je remettrai un prix à l’équipe gagnante, qui sera couronnée « championne nationale du Défi du gouverneur ».

Pour en savoir plus, veuillez consulter le présent guide.

J’espère sincèrement que la participation au Défi du gouverneur incitera les étudiants canadiens à en apprendre davantage sur l’économie de leur pays et le rôle important joué par la Banque du Canada.

Je vous souhaite la meilleure des chances et j’espère que vous trouverez cette expérience stimulante et enrichissante.

Le gouverneur,

Stephen S. Poloz

À propos du Défi du gouverneur

Organisé et parrainé par la Banque du Canada, le Défi du gouverneur est un programme annuel de rayonnement dans les universités qui permet aux étudiants de premier cycle d’expérimenter concrètement certains concepts économiques.

Le Défi vise à mieux faire comprendre aux étudiants le rôle que jouent la politique monétaire et la Banque du Canada dans l’économie canadienne, à susciter de l’intérêt pour la macroéconomie et l’économie monétaire en tant que sujets d’étude et perspectives de carrière, ainsi qu’à favoriser des relations de collaboration entre les étudiants, les professeurs et la Banque du Canada.

Le Défi offre aux étudiants une extraordinaire occasion d’apprentissage par l’expérience en simulant le processus décisionnel que mène la Banque pour la conduite de la politique monétaire au Canada. Jouant les conseillers auprès du Conseil de direction de la Banque, les membres des équipes évaluent et analysent les conditions macroéconomiques actuelles et attendues, et formulent une recommandation quant à la conduite de la politique monétaire canadienne, en tenant compte des risques entourant les perspectives d’inflation.

Pour les étudiants, le Défi du gouverneur constitue une expérience unique et multidimensionnelle. En y participant, ils approfondissent leur connaissance de la théorie économique avancée et leur compréhension de l’économie canadienne, et acquièrent d’importantes compétences en matière d’analyse, de présentation d’exposés, de travail d’équipe et d’exercice d’influence qui leur seront précieuses durant leur parcours universitaire et professionnel.

Renseignements sur les activités

Première ronde

La première ronde du Défi se déroulera à la fin de l’automne. Dans un premier temps, chaque université sera affectée, de façon aléatoire, à un groupe d’établissements concurrents. Les décisions touchant le classement sont définitives et seront divulguées aux participants avant la première ronde.

Au cours de cette ronde, les équipes présenteront leur exposé par vidéoconférence (par le truchement de Skype Entreprise) à des juges de la Banque, qui sauront uniquement après avoir pris leur décision finale quelle université représente chacune des équipes. Après la première ronde, les étudiants auront la possibilité de visionner leur exposé, qui sera enregistré.

L’équipe gagnante de chaque groupe ainsi qu’une autre équipe choisie parmi celles qui seront arrivées deuxièmes, à la discrétion de la Banque, seront invitées à assister à la ronde nationale et à y faire leur exposé. Tous les participants à la première ronde recevront une évaluation formelle écrite et pourront, s’ils le désirent, recevoir les commentaires des juges lors d’une rencontre en ligne.

Ronde nationale

La ronde nationale du Défi aura lieu à la Banque du Canada en février. Chaque équipe invitée à y participer – soit quatre présentateurs, un remplaçant et un professeur-accompagnateur – se rendra à Ottawa pour prendre part à l’activité d’une journée et passera deux nuits à l’hôtel. Toutes les dépenses seront assumées par la Banque1.

À l’occasion de la ronde nationale, les exposés seront présentés en personne devant trois juges éminents, dont un membre du Conseil de direction de la Banque et un juge invité de l’extérieur de l’institution. Ils pourront être regardés à distance par les autres participants à cette ronde et le personnel de la Banque grâce à une transmission vidéo en direct. Après les exposés, les équipes et les professeurs-accompagnateurs seront conviés à un dîner, où ils auront la possibilité de réseauter avec des économistes de la Banque et des membres du Conseil de direction. Le nom de l’équipe gagnante du Défi du gouverneur sera dévoilé par le gouverneur à la fin du repas.

Renseignements sur l’exposé

Objectifs

En prévision du Défi, les étudiants devraient évaluer l’évolution de la situation macroéconomique et financière actuelle et attendue au Canada et à l’échelle mondiale pour préparer en équipe un exposé qui fait état de leur analyse et énonce une recommandation précise quant à la politique monétaire.

Voici les grands objectifs :

  • Évaluer l’équilibre entre l’offre et la demande globales ainsi que l’ampleur des pressions inflationnistes dans l’économie.
  • Évaluer les perspectives concernant les économies canadienne et mondiale ainsi que les conditions sur les marchés financiers, en général, et les perspectives d’inflation, en particulier.
  • Évaluer les risques potentiels à la hausse ou à la baisse, au pays et à l’étranger, associés à ces perspectives.
  • Déterminer s’il faut modifier ou laisser inchangé le taux du financement à un jour afin d’atteindre la cible d’inflation.
  • Formuler une recommandation quant au taux du financement à un jour et proposer une analyse étayée par des arguments et des données.
  • Présenter un exposé intéressant et efficace.

L’objectif n’est pas de fournir la bonne réponse, car il n’y en a pas qu’une seule. Établir le taux du financement à un jour est l’affaire de spécialistes. Le concours a pour but de prendre la meilleure décision et de présenter le meilleur exposé en fonction de l’analyse effectuée.

Les équipes ont aussi la possibilité, si elles le jugent pertinent, de formuler des recommandations ayant une portée plus large que le taux du financement à un jour, ce qui peut apporter une touche d’originalité à leur évaluation économique; toutefois, elles doivent être prêtes à répondre aux questions des juges concernant toutes les recommandations de politique monétaire proposées.

Contenu

Outre les points énoncés dans les objectifs susmentionnés, un bon exposé comporte les éléments suivants :

  1. Un survol de l’évolution récente des économies canadienne et étrangères ainsi que des marchés financiers, en lien avec la recommandation de politique monétaire formulée. Cette vue d’ensemble peut se décliner en grands thèmes, comme dans le Rapport sur la politique monétaire de la Banque du Canada.
  2. Les trajectoires projetées de certaines grandes variables macroéconomiques canadiennes, comme le taux de croissance du produit intérieur brut (PIB) et de ses composantes (consommation, investissement, dépenses publiques et exportations nettes), ainsi qu’une projection de l’inflation mesurée par l’indice des prix à la consommation (IPC) au Canada.
  3. Une analyse des risques potentiels, au pays et à l’étranger, entourant la projection qui sous-tend la décision de politique monétaire et de la probabilité de matérialisation de ces risques. Une recommandation judicieuse devrait permettre d’équilibrer les risques à la hausse et à la baisse qui pèsent sur la projection d’inflation autour d’un scénario de référence2.
  4. Utilisation appropriée de méthodes statistiques ou d’un cadre d’analyse pour appuyer les idées principales et les recommandations sur la politique à mener. Par exemple, vous pouvez utiliser des modèles empiriques (comme les modèles vectoriels autorégressifs (VAR) et les prévisions fondées sur des séries chronologiques) pour générer vos propres projections relatives aux grandes variables macroéconomiques. Vous pouvez également préciser davantage les relations économiques fondamentales ou les scénarios de risque étayant votre argumentaire, soit par des analyses quantitatives fondées sur des modèles simples étalonnés ou des régressions économétriques, soit par la création de nouveaux indicateurs (comme une mesure de l’incertitude). Dans l’évaluation, la clarté de l’analyse et le raisonnement économique l’emporteront sur la complexité.
  5. Les recommandations de politique monétaire.

Préparation de l’analyse

Les coéquipiers formuleront des recommandations comme s’ils étaient des employés de la Banque du Canada. Ils devront donc connaître le processus décisionnel en vigueur à l’institution et baser leurs conseils sur les renseignements dont le Conseil de direction pourrait avoir besoin.

On s’attend à ce que les étudiants exploitent, pour comprendre les questions de politique monétaire qui s’inscrivent dans le contexte économique du moment, toutes les sources d’information disponibles, depuis les ressources universitaires, comme les manuels et les périodiques, jusqu’aux bulletins de nouvelles mettant en lumière les dernières tendances économiques mondiales. Ils trouveront des liens utiles dans le site Web du Défi du gouverneur

Les trajectoires projetées des variables macroéconomiques sur lesquelles repose la recommandation de politique monétaire doivent être cohérentes sur le plan logique. Ces projections doivent porter sur les trois prochaines années. Les équipes peuvent recourir à des modèles économétriques ou macroéconomiques pour générer leurs projections; toutefois, durant leur exposé, elles devraient s’attacher à expliquer le raisonnement intuitif auquel les résultats du modèle employé les ont conduites plutôt que donner des précisions techniques sur le modèle en tant que tel. Néanmoins, elles devraient également être prêtes à répondre aux questions sur les aspects techniques de tout modèle utilisé3.

L’incertitude entourant les projections – sur les plans statistique et de l’analyse des risques – doit être évaluée et prise en compte dans la recommandation. La profondeur et la pertinence de l’analyse des risques sont importantes. L’originalité de l’analyse technique et de l’évaluation des risques peut faire gagner des points pour l’innovation.

Il revient aussi à l’équipe de choisir les indicateurs économiques et les ensembles de données qu’elle souhaite utiliser. Il est important de recourir à un éventail d’indicateurs pour comprendre la situation économique à différents moments et déterminer la politique monétaire appropriée. Le recours à des données inédites fiables afin d’appuyer les conclusions peut faire gagner des points pour l’innovation, mais il faudra être prêt à justifier l’emploi de ces données.

Forme de l’exposé

L’exposé comporte deux volets :

  • une présentation PowerPoint de quinze minutes;
  • une période de questions de quinze minutes.

La clarté et la concision du propos revêtent une très grande importance, aussi faut-il élaborer avec soin les diapositives de la présentation. Un bon présentateur traite le contenu de chaque diapositive comme une aide visuelle qui véhicule au moins un élément essentiel, appuyé par une analyse de données adéquate. Chaque diapositive devrait comporter un point à retenir qui sert à soutenir la recommandation. Les diapositives devraient s’enchaîner dans un ordre logique.

Autres renseignements

  • Les exposés peuvent être présentés en français ou en anglais.
  • Les exposés doivent comporter une douzaine de diapositives proposant un contenu économique. Il s’agit d’une recommandation et le nombre est laissé à la discrétion de chacune des équipes. Ces dernières peuvent aussi préparer des diapositives supplémentaires à titre de référence, par exemple des diapositives qui donnent des précisions sur un scénario de risque ou sur les aspects techniques des modèles.
  • Il est permis d’utiliser des fiches en guise d’aide-mémoire, mais il faut en faire un usage modéré.
  • Les exposés se font assis ou debout à la première ronde, et debout à la ronde nationale.
  • Des points sont soustraits si l’exposé dure plus de quinze minutes.
  • Plus d’un membre de l’équipe peut répondre à la question d’un juge. Les membres de l’équipe peuvent aussi se consulter à voix basse pour formuler une réponse concise; cependant, une consultation trop longue peut entraîner la perte de points.
  • Ni les diapositives ni les membres de l’équipe ne devraient porter de logo ou de signe représentatifs de leur université (pour la première ronde uniquement).
  • Les professeurs-accompagnateurs ne sont pas admis dans la salle durant l’exposé.
  • Les équipes sont tenues de soumettre les diapositives de leur présentation avant midi, deux jours ouvrables avant chaque ronde.

Évaluation

À chacune des deux rondes, les équipes présenteront leur exposé à un jury. À la première ronde, celui-ci se composera d’économistes ou de spécialistes du secteur financier de la Banque; à la ronde nationale, il sera formé de juges éminents, dont un membre du Conseil de direction de la Banque et un membre d’une autre institution renommée.

Même s’il appartient aux équipes de déterminer le contenu de leur exposé, les juges s’attendent à ce qu’elles examinent la conjoncture économique et financière; analysent l’évolution probable à court terme des conditions économiques et financières qui revêtent une importance déterminante au regard de la politique monétaire (chômage, inflation, production, etc.); cernent les enjeux économiques, financiers ou internationaux susceptibles de faire peser des risques à la hausse ou à la baisse sur l’économie; et recommandent une mesure de politique monétaire fondée sur les conditions susmentionnées.

Comme il est indiqué dans la grille de notation ci-après, l’évaluation portera sur la profondeur et la qualité de l’analyse et des arguments relatifs aux perspectives ainsi qu’aux risques économiques, la clarté et la cohérence de l’exposé, de même que le travail d’équipe. Outre la teneur de la recommandation de politique monétaire, les juges évalueront le degré de compétence en présentation d’exposés, la cohésion de l’équipe et l’innovation. Il est essentiel de bien connaître la matière. Les meilleurs orateurs s’expriment de manière naturelle parce qu’ils savent réellement de quoi ils parlent. Le fait d’avoir un texte en main peut être rassurant, mais les participants doivent démontrer qu’ils comprennent les concepts et les renseignements qu’ils exposent.

Les juges évalueront également la capacité de l’équipe à répondre adéquatement à leurs questions, qui ont pour but de mettre à l’épreuve la compréhension et les connaissances des participants ainsi que leur aptitude à réfléchir et à répondre rapidement. Les juges pourraient demander aux membres de l’équipe de clarifier ou de développer davantage certains points traités durant l’exposé, d’expliquer comment leur recommandation permettra d’atteindre la cible d’inflation ou de s’étendre plus longuement sur un risque menaçant les perspectives d’inflation4.

Les juges évalueront la performance des équipes selon les critères précis énumérés ci-dessous. Ils accorderont des points dans chacune des six catégories, comme suit.

Catégorie Note Poids Critères
Qualité de l’analyse économique et cohérence de la recommandation
9–10 = excellent
7–8 = très bien
4–6 = bien
1–3 = médiocre
30
  • Données exactes et à jour
  • Bonne connaissance de la macroéconomie ainsi que du cadre et du processus entourant la politique monétaire
  • Bonne compréhension des principaux facteurs influant sur l’inflation
  • Couverture exhaustive des récentes évolutions pertinentes
  • Conclusions et justifications sous-tendant la recommandation de politique monétaire
    • Décision basée sur l’évaluation des perspectives de l’économie dans son ensemble
    • Décision basée sur une analyse prospective qui tient compte des risques entourant les perspectives d’inflation
    • Décision reflétant le contenu de l’exposé et appuyée par des renseignements pertinents
Clarté et structure de l’exposé, et force de persuasion
9–10 = excellent
7–8 = très bien
4–6 = bien
1–3 = médiocre
10
  • Exposé captivant et bien structuré
  • Exposé effectué avec assurance, sans lire mot à mot une feuille ou les diapositives
  • Utilisation efficace de figures et de graphiques clairs et bien présentés
  • Utilisation optimale du temps accordé pour livrer la matière
Créativité et innovation
9–10 = excellent
7–8 = très bien
4–6 = bien
1–3 = médiocre
10
  • Originalité de l’analyse de l’économie et des risques, ainsi que de la recommandation de politique monétaire (l’analyse n’est pas limitée au contenu de récentes livraisons du Rapport sur la politique monétaire)
  • Utilisation de données pertinentes à l’appui de l’analyse de l’économie et des risques
    • Signes manifestes que le travail de recherche a été bien effectué et que les données ont été tirées de diverses sources
    • Capacité à défendre ses arguments lorsqu’ils sont confrontés à d’autres points de vue
Réalisation du cadre de statistique et d’analyse
9–10 = excellent
7–8 = très bien
4–6 = bien
1–3 = médiocre
10
  • Les méthodes statistiques et analytiques utilisées pour appuyer les principales conclusions sont appropriées, énoncées clairement et bien exécutées.
  • L’analyse est bien intégrée dans l’exposé.
  • Le raisonnement intuitif découlant des méthodes statistiques et analytiques est limpide pour les participants et est privilégié aux dépens de l’aspect technique.
Travail d’équipe
9–10 = excellent
7–8 = très bien
4–6 = bien
1–3 = médiocre
10
  • Tous les membres de l’équipe apportent une contribution égale à l’exposé et y jouent un rôle important
  • Les membres de l’équipe travaillent bien ensemble durant la période de questions, sans qu’un ou deux membres éclipsent les autres
Réponses aux questions
9–10 = excellent
7–8 = très bien
4–6 = bien
1–3 = médiocre
10
  • Réponses aux questions faisant foi d’une grande clarté de pensée et d’une capacité à défendre ses arguments
  • Réponses claires et complètes témoignant de la compréhension approfondie des concepts économiques
  • Réponses rapides (sans consultation excessive)
Total 100

Prix

Les équipes gagnantes de la première ronde se verront offrir un voyage à Ottawa, toutes dépenses payées, pour participer à la ronde finale du Défi du gouverneur, qui se déroulera à la Banque du Canada. Tous les participants recevront un certificat de participation.

L’équipe gagnante de la ronde nationale recevra le prix du Défi du gouverneur, qui lui sera remis par le gouverneur de la Banque du Canada.

Tous les finalistes de la ronde nationale repartiront avec un billet de banque commémoratif signé par le gouverneur et auront l’occasion de rencontrer des membres du Conseil de direction de la Banque du Canada.

Règles

Équipes

Le concours s’adresse aux étudiants de premier cycle inscrits dans une université canadienne. Une seule équipe peut représenter chaque campus d’une université5. L’équipe de base se compose de quatre présentateurs étudiants, d’un remplaçant (qui doit être inscrit à la même université) et d’un professeur-accompagnateur.

La formation des équipes se fait selon un processus de sélection propre à chaque université, au début de l’année scolaire. Il y a plusieurs façons de constituer une équipe, et le choix est laissé à la discrétion du professeur-accompagnateur : par exemple, la sélection peut être effectuée dans le cadre d’une activité parascolaire; à l’issue d’un concours organisé dans la classe ou l’établissement d’enseignement; ou par le professeur-accompagnateur. Les étudiants qui souhaitent participer au Défi doivent communiquer avec le département d’économie de leur université, qui les mettra en contact avec le professeur-accompagnateur concerné.

Même si seuls les membres de l’équipe de base représenteront l’université à la première ronde et (possiblement) à la ronde nationale, d’autres étudiants peuvent contribuer aux préparatifs entourant le Défi, qu’il s’agisse de recueillir des données et des renseignements généraux et de les analyser, de faire des recherches sur les notions et questions vraisemblablement importantes au regard de la politique monétaire, de préparer les graphiques et d’autres parties de l’exposé, ou d’évaluer les répétitions et de donner leurs commentaires. La constitution de l’équipe ne doit pas changer durant le concours, sauf si des circonstances exceptionnelles l’exigent et que la Banque donne son consentement.

La Banque du Canada offre un milieu de travail dynamique et bénéficie des points de vue, des attributs et des talents particuliers de son effectif diversifié. Nous encourageons les participants à tenir compte de ces valeurs au moment de former leur équipe.

Inscription

Les professeurs-accompagnateurs fourniront aux personnes choisies pour représenter leur établissement d’enseignement les renseignements expliquant comment s’inscrire en ligne au Défi du gouverneur. Tous les échanges, y compris l’inscription et la distribution du matériel, se feront électroniquement par l’intermédiaire du site d’inscription ou par courriel. Il revient aux professeurs-accompagnateurs et aux étudiants de vérifier s’ils ont reçu des messages ou du matériel; les messages électroniques doivent être lus attentivement.

Médias et communications

Pour promouvoir le Défi du gouverneur, la Banque du Canada mènera des activités de communication : communiqués de presse, messages dans les médias sociaux, photos, vidéos, etc. Elle invite les universités à lancer, avant le concours, leur propre campagne de communication, que ce soit de la publicité sur le campus ou toute autre forme de promotion.

La Banque mentionnera le nom des universités participantes dans des communications externes. Il est aussi possible qu’elle utilise, tout au long du concours, le nom des étudiants participants ainsi que des photos et des images vidéo d’eux.

Code de conduite

La Banque du Canada invite les étudiants, les professeurs-accompagnateurs et les juges à respecter le code de conduite qui suit afin de favoriser un milieu efficient et respectueux tout au long des activités du Défi du gouverneur.

  • Le Défi du gouverneur est un programme pédagogique qui encourage les étudiants à mieux connaître l’économie canadienne et la Banque du Canada, et stimule leur intérêt pour une éventuelle carrière en économie ou en finance.
  • Tous les participants doivent être conscients du privilège que représente la participation au Défi du gouverneur et agir de manière responsable. Ils doivent se comporter avec professionnalisme, respect et intégrité pendant toutes les activités.
  • Il est interdit aux participants d’adopter un comportement verbal ou physique qui, d’un point de vue raisonnable, stigmatise une personne ou lui porte atteinte du fait de sa race, de sa couleur, de son origine nationale, de son sexe, de son orientation sexuelle, de sa religion ou de son handicap.
  • Il est interdit aux participants d’adopter un comportement verbal ou physique menaçant ou blessant à l’égard d’une personne prenant part au Défi du gouverneur.
  • Tout lien de parenté entre un participant et un employé actuel ou un ancien employé de la Banque du Canada doit être communiqué à la Banque avant l’inscription au Défi du gouverneur.
  • Les décisions des juges sont définitives. Les étudiants et les professeurs-accompagnateurs ne peuvent pas poser de questions aux juges, ni leur faire part de leurs commentaires ou de leurs préoccupations à l’égard du processus de délibération, de la rétroaction ou de la notation des équipes. Ils doivent plutôt s’adresser au président ou aux membres du Comité directeur sur le Défi du gouverneur, qui se chargeront de répondre à leurs questions.

En participant au Défi du gouverneur, vous acceptez de vous conformer à ce code de conduite. Le non-respect du code peut entraîner la disqualification immédiate du participant ou de l’équipe du Défi du gouverneur et de tout autre programme (présent ou futur) organisé par la Banque du Canada.

Ressources

Vous trouverez une liste complète de ressources suggérées pour vous préparer au concours dans le site Web du Défi du gouverneur.

1. À l’issue de la première ronde, toute l’information expliquant comment demander un remboursement sera communiquée aux équipes invitées à la ronde nationale.
2. Voir, par exemple, la section « Les risques entourant les perspectives d’inflation » dans le Rapport sur la politique monétaire de la Banque du Canada.
3. Les précisions techniques peuvent être fournies dans les annexes de l’exposé pour aider à répondre aux interrogations qui pourraient être soulevées pendant la période de questions.
4. Il ne s’agit pas des seules questions qui pourraient être posées.
5. Pour être considérée comme un campus distinct, une école doit délivrer des diplômes d’économie de premier cycle en son propre nom.