L'objectif des auteurs est de parvenir à identifier le taux de chômage tendanciel, concept de nature empirique, au moyen de la théorie de la cointégration. Les auteurs cherchent à établir s'il existe une relation de cointégration entre le taux de chômage et les différents déterminants structurels qui sont mis en avant dans la littérature. Leur recherche ne porte pas sur le taux de chômage non accélérationniste (TCNA) ni sur le taux de chômage naturel mais plutôt sur le chômage tendanciel défini dans le cadre de la théorie de la cointégration. Étant donné le caractère non stationnaire des données, l'hypothèse de cointégration représente une condition nécessaire à l'analyse du TCNA et du taux de chômage naturel mais non suffisante.

Le résultat principal de l'étude indique que les déterminants structurels qui expliquent le mieux la tendance stochastique du taux de chômage au Canada au cours de la période 1955-1994 sont le taux de syndicalisation de la population active et les cotisations sociales des employeurs en proportion du total des salaires et traitements. Ainsi, les écarts du taux de chômage observé par rapport au taux tendanciel renferment de l'information susceptible de servir à mesurer l'écart de production dans le cadre du filtre à plusieurs variables ou filtre multivarié.