Interpreting Money-Supply and Interest-Rate Shocks as Monetary-Policy Shocks

Disponible en format(s) : PDF

Dans le présent document, l'auteur analyse deux types de choc au moyen de données canadiennes : un choc d'offre de monnaie (le choc M) et un choc de taux d'intérêt (le choc R). Pour identifier le premier type de choc, il recourt aux restrictions de long terme découlant de certaines propositions avancées par la théorie monétaire. Le choc M est représenté par une innovation orthogonale dans la tendance commune qu'affichent la monnaie et les prix, et le choc R, par une innovation orthogonale dans le taux d'intérêt à un jour. L'un ou l'autre de ces chocs peut être interprété comme un choc de politique monétaire.

Une augmentation permanente du stock nominal de monnaie, M1, entraîne les conséquences suivantes: une chute temporaire du taux d'intérêt, conforme à l'effet de liquidité; une hausse passagère de la production exprimée en termes réels; une augmentation permanente du niveau des prix; et une dépréciation permanente du taux de change nominal. Bien que le comportement de M1 ne soit pas contrôlé directement par la banque centrale, l'hypothèse que cette dernière détermine la tendance de la monnaie et des prix à long terme mais qu'elle n'exerce aucune influence sur la production en termes réels en longue période semble fondée. Une hausse temporaire du taux d'intérêt réel provoque une baisse temporaire de la masse monétaire et de la production, mais les prix affichent un comportement plutôt déconcertant, puisqu'ils s'élèvent d'abord avant de redescendre. Les résultats obtenus à l'aide des modèles relatifs aux deux types de choc cadrent avec la thèse voulant que la monnaie joue un rôle actif dans la transmission de la politique monétaire.