Selon la théorie voulant que les prix soient adaptés au marché (pricing-to-market theory), les entreprises monopolistiques ajusteraient les marges de profits applicables à leurs différents marchés d'exportation en réaction aux chocs de taux de change. Ces ajustements auraient ainsi pour effet de limiter les variations du prix des exportations. Par conséquent, les mouvements importants du taux de change nominal entre deux pays qui commercent ensemble ne se répercuteraient pas forcément dans leur intégralité sur le prix des importations.

La plupart des résultats obtenus à l'appui de cette théorie proviennent de l'estimation de modèles d'équilibre partiel au moyen des moindres carrés ordinaires, des doubles moindres carrés ou d'une méthode faisant appel à une équation de correction des erreurs. Or, des travaux économétriques récents montrent que l'application de tests de Wald à certaines de ces estimations peut donner des résultats erronés en présence d'endogénéité ou d'instruments de piètre qualité. Dans l'étude dont il est question ici, les auteures ont recours à des tests de Monte-Carlo fondés sur la statistique du rapport des vraisemblances calculée selon une méthode à information limitée pour examiner la validité des résultats qui appuient cette théorie. Ces tests, qui ont été élaborés par Dufour et Khalaf (1998), sont relativement puissants, et, contrairement au test de Wald, leur niveau est également adéquat.

Les auteures constatent que, dans la moitié des cas où le test de Wald n'avait pas entraîné le rejet de l'hypothèse nulle, le test de Monte-Carlo fondé sur la statistique du rapport des vraisemblances aboutit, lui, au rejet. L'adaptation des prix au marché ne serait donc pas aussi répandue qu'on le croyait jusqu'ici. En outre, les résultats obtenus étayent l'opinion voulant qu'un tel comportement soit observé au sein d'une même branche d'activité dans divers pays et que le pays exportateur détenant une part plus importante du marché puisse répercuter ses hausses de coûts plus facilement que les autres.

Les auteures font appel au modèle de Marston (1990) aux fins de leur démonstration et analysent le comportement des entreprises qui exportent du matériel de transport. Elles étudient plus particulièrement les exportations touchant trois paires de pays : celles du Canada à destination des États-Unis, celles des États-Unis vers le Canada et celles du Japon à destination (principalement) des États-Unis.

Aussi publié sous le titre :

Empirical Economics (0377-7332)
Juin 2004, vol. 29, no 2, p. 293-309