Employment Effects Of Nominal-Wage Rigidity: An Examination Using Wage-Settlements Data

Disponible en format(s) : PDF

Ceux qui invoquent l'hypothèse de rigidité à la baisse des salaires nominaux pour préconiser le maintien d'un taux d'inflation modéré fondent leur argumentation sur la présence et le degré de rigidité des salaires nominaux ainsi que sur les effets négatifs d'une telle rigidité sur le marché du travail. L'auteur de l'étude résumée ici s'attache tout particulièrement à l'incidence de la rigidité des salaires nominaux sur l'emploi. Il examine les résultats présentés par Simpson, Cameron et Hum (1998) et cherche à établir si le modèle à forme réduite de ces derniers est entaché d'un biais. L'auteur décrit les modifications qu'il a apportés à leur modèle de l'emploi afin de mieux cerner les effets d'une rigidité à la baisse des salaires nominaux sur la croissance de l'emploi. Il constate que les résultats empiriques obtenus par Simpson, Cameron et Hum sont sensibles à la spécification du modèle. Alors que, d'après ces chercheurs, la rigidité des salaires nominaux a sur la croissance de l'emploi des effets négatifs qui sont significatifs sur les plans tant économique que statistique, l'auteur n'observe aucun effet significatif de cette nature dans la majorité des spécifications retenues.