La Banque du Canada a publié aujourd'hui la Mise à jour de la livraison d'avril du Rapport sur la politique monétaire, dans laquelle elle examine les tendances économiques et financières au regard de la stratégie qu'elle poursuit pour la maîtrise de l'inflation au Canada.

La Mise à jour de juillet met en lumière un certain nombre d'événements inattendus qui ont modifié les perspectives d'évolution de l'activité économique et de l'inflation au Canada.

Le taux d'inflation observé et le taux attendu ont baissé et la demande intérieure à court terme a été freinée par les retombées du syndrome respiratoire aigu sévère et d'un cas isolé d'encéphalopathie spongiforme bovine, ainsi que par la demande extérieure plus faible qu'escompté de produits canadiens. De plus, la forte appréciation du dollar canadien par rapport à son pendant américain aura un effet modérateur sur la progression future de la demande de biens et de services canadiens. En conséquence, la marge de capacités inutilisées se creuse plus que prévu. Il semble maintenant que l'inflation mesurée par l'indice de référence tombera sous la cible de 2 % avant la fin de l'année.

Afin de soutenir la croissance de la demande intérieure et les niveaux globaux d'activité, la Banque a laissé le taux du financement à un jour inchangé le 3 juin et l'a abaissé de 25 points de base le 15 juillet pour le ramener à 3 %.

La Banque prévoit que le rythme d'expansion de l'économie canadienne s'accélérera vers la fin de 2003 et tout au long de 2004. On pense que la croissance sera plus rapide cette année-là qu'on ne l'avait prévu antérieurement, de sorte que la marge de capacités inutilisées qui devrait se dégager en 2003 sera en grande partie résorbée à la fin de 2004.

La Banque surveillera de près l'évolution de la demande intérieure et extérieure dans l'optique d'un maintien du taux d'inflation à la cible de 2 % à moyen terme.