Dans la présente étude, l'auteur élabore et estime un modèle quantitatif d'optimisation dynamique décrivant une petite économie ouverte caractérisée par la rigidité nominale des prix des produits nationaux et importés et par des coûts d'ajustement du capital. Une règle de politique monétaire permet à la banque centrale d'ajuster systématiquement le taux d'intérêt nominal à court terme en réaction aux écarts qu'enregistrent l'inflation, la production et la croissance monétaire par rapport à leurs niveaux de régime permanent. À l'aide de données canadiennes et américaines, l'auteur estime les paramètres structurels du modèle, ainsi que ceux d'un modèle d'économie fermée à prix rigides, en utilisant la méthode du maximum de vraisemblance et le filtre de Kalman. Les valeurs ainsi obtenues pour les paramètres sont similaires dans les deux modèles dans le cas de l'économie canadienne. De plus, les effets de chocs de politique monétaire et d'autres chocs intérieurs générés dans le modèle de petite économie ouverte sont isomorphes à ceux générés dans le modèle d'économie fermée. Cependant, les résultats de la décomposition des erreurs de prévision montrent que l'introduction de chocs étrangers a pour effet de réduire l'importance des chocs de demande intérieure.

Publication :

Open Economies Review (0923-7992)
Novembre 2011, vol. 22, no 5, p. 769-796