Le gouverneur de la Banque du Canada, David Dodge, a déclaré aujourd'hui qu'il est impératif que le Canada s'efforce d'accroître l'efficience de son système financier.

Dans un discours prononcé lors d'une réunion conjointe de l'Empire Club of Canada et du Canadian Club of Toronto, M. Dodge a soutenu que la prospérité et la croissance économique futures du Canada dépendent de l'amélioration de l'efficience du système financier canadien, y compris celle des institutions et des marchés. « Si nous ne nous attelons pas à cette tâche, c'est notre économie qui en pâtira, a-t-il dit. Le statu quo ne suffit plus. »

L'avance dont jouissait le Canada comme chef de file mondial en matière d'efficience des institutions financières a été réduite au cours de la dernière décennie, les autres pays ayant accompli des progrès à ce chapitre, a souligné le gouverneur. Dans ce contexte, un défi de taille se pose aux autorités canadiennes : « Comment pouvons-nous améliorer notre cadre de politiques pour encourager la concurrence et ainsi stimuler l'innovation, tout en donnant à nos institutions la latitude nécessaire pour accroître leur efficience? »

M. Dodge a également parlé de la nécessité d'instaurer une réglementation appropriée des valeurs mobilières au Canada, compte tenu du grand nombre de petites entreprises que compte le pays. « Les principes qui sont au coeur du cadre réglementaire canadien doivent être aussi bons, sinon meilleurs, que ceux des autres pays », a-t-il affirmé, en précisant que les règles de divulgation de l'information financière au Canada « devraient tenir compte des différences quant à la taille et à la complexité des sociétés ».

Le gouverneur a insisté sur le fait qu'il est urgent de passer à l'action, afin de permettre à notre pays de rester compétitif. « Pendant que le Canada se livrait à des analyses et à des études, le reste du monde agissait. C'est maintenant à nous d'agir. Il y va de la santé future de notre économie et de la prospérité de tous les Canadiens et Canadiennes », de conclure M. Dodge.