Le gouverneur de la Banque du Canada, M. David Dodge, a affirmé aujourd'hui que l'expérience du Canada en matière de cibles d'inflation a été « indiscutablement positive » depuis que la banque centrale et le gouvernement fédéral ont convenu d'adopter un cadre de mise en oeuvre de la politique monétaire axé sur celles-ci en 1991.

Dans une allocution prononcée devant la National Association for Business Economics, le gouverneur a souligné que, pour la Banque du Canada et le gouvernement, la poursuite de cibles d'inflation est vue comme un moyen d'arriver à une fin et non une fin en soi. Ce régime est « le plus approprié pour favoriser une croissance vigoureuse et durable de la production et de l'emploi », a-t-il déclaré. « C'est le meilleur moyen que nous ayons pour respecter notre engagement de promouvoir la prospérité économique et financière du Canada. »

Le régime de cibles d'inflation a répondu aux attentes qu'avait la Banque au moment de son adoption en 1991, a ajouté M. Dodge. Non seulement l'inflation s'est stabilisée, mais comme les attentes d'inflation sont également stables, la tenue de l'économie canadienne s'est aussi améliorée.

« Il semble que le régime de cibles d'inflation ait bien joué son rôle de stabilisateur macroéconomique, en contribuant à atténuer les sommets et les creux du cycle économique », a fait remarquer M. Dodge. « Grâce à notre cadre de maîtrise de l'inflation, notre politique monétaire est mieux ciblée, nos communications sont plus claires et les attentes d'inflation au Canada sont plus solidement ancrées. »