Les auteurs élaborent et estiment un modèle d'équilibre général de la structure des taux d'intérêt canadiens, dans lequel la dynamique des principales variables macroéconomiques est représentée sous une forme vectorielle autorégressive et reliée à celle de la structure des taux. Les contraintes d'identification du modèle découlent des conditions du premier ordre qui définissent le plan optimal de consommation et de placement de l'investisseur représentatif. Résultat frappant, l'erreur moyenne de prévision des prix obtenue en échantillon est à peine plus élevée dans le modèle d'équilibre que dans un modèle beaucoup plus souple fondé sur l'absence d'arbitrage. Les gains découlant du caractère parcimonieux du modèle sont très nets au delà de la période d'estimation : le modèle d'équilibre produit des prévisions de qualité bien supérieure hors échantillon, surtout dans le cas des taux d'intérêt à long terme. Les profils de réaction que génère le modèle d'équilibre privilégié cadrent avec un ancrage des attentes d'inflation à long terme, en ce sens qu'une hausse imprévue de l'inflation n'accentue pas nécessairement les attentes d'une augmentation de l'inflation dans l'avenir.

Publication :

Revue canadienne d’économique (0008-4085)
Mai 2007, vol. 40, no 2, p. 561-583