Dans une allocution prononcée devant la Chambre de commerce de Regina, le gouverneur de la Banque du Canada, M. David Dodge, a déclaré que le bilan économique des quinze dernières années au pays montre l'intérêt d'axer la politique monétaire sur le maintien de l'inflation à un niveau bas, stable et prévisible. « C'est le meilleur moyen que nous ayons pour respecter notre engagement de promouvoir la prospérité économique et financière du Canada », a affirmé M. Dodge.

La Banque mène des recherches, et suscite la poursuite de recherches, qui permettront de déterminer s'il n'y aurait pas lieu d'apporter des améliorations à l'entente sur les cibles d'inflation qu'elle a conclue avec le gouvernement fédéral. Elle prévoit toutefois que l'entente renouvelée l'an prochain comprendra les mêmes éléments essentiels que ceux qui sont en place actuellement, a expliqué le gouverneur.

« Du point de vue de la Banque, l'entente de base ayant pour objet de maintenir l'inflation au point médian de 2 % d'une fourchette cible, qui va de 1 à 3 %, a été profitable aux Canadiens, de même que la décision de prendre pour cible le taux d'accroissement de l'IPC global et d'utiliser une mesure de l'inflation tendancielle aux fins de la conduite de la politique monétaire », a précisé M. Dodge.

« Grâce à notre cadre de maîtrise de l'inflation, la politique monétaire est mieux ciblée, nos communications plus claires et les attentes d'inflation plus solidement ancrées, a-t-il conclu. À mon avis, les cibles d'inflation constituent le meilleur point d'ancrage connu à ce jour. »