De puissantes forces et tendances au sein de l'économie mondiale obligent les entreprises canadiennes à procéder à des ajustements, a déclaré aujourd'hui le gouverneur de la Banque du Canada, M. David Dodge. Et il est évident que c'est justement ce qu'elles font, a-t-il ajouté.

Dans un discours prononcé devant la Chambre de commerce du Montréal métropolitain et la Fédération des chambres de commerce du Québec, M. Dodge a expliqué que la Banque du Canada participe au processus d'ajustement en maintenant l'inflation au niveau cible et en faisant en sorte que l'économie tourne à plein régime. « Ce faisant, nous contribuons au processus d'ajustement, car les ressources qui sont ainsi libérées par les secteurs sous pression peuvent être absorbées plus facilement par les secteurs en expansion. »

La montée en puissance des économies asiatiques, le vif essor de l'économie mondiale et les bas taux d'intérêt à l'échelle du globe ont tous eu des répercussions sur l'économie canadienne. « Il est clair que nous devons tous nous adapter à ces changements et être prêts à profiter des possibilités que présente une économie mondiale vigoureuse », a précisé le gouverneur.

M. Dodge a fait remarquer que même si ces ajustements peuvent être difficiles et pénibles, des signes évidents indiquent qu'ils sont en train d'être effectués. Les enquêtes sur les perspectives des entreprises menées par la Banque « offrent un portrait encourageant de la situation, qui montre que les entreprises ont trouvé des façons d'innover et de s'adapter aux conditions changeantes », a-t-il dit.