Nous avons publié aujourd'hui la Mise à jour de juillet du Rapport sur la politique monétaire, dans laquelle la Banque examine les tendances économiques et financières au regard de la stratégie qu'elle poursuit pour la maîtrise de l'inflation du Canada.

Dans l'ensemble, les perspectives établies par la Banque en matière de croissance et d'inflation au Canada restent essentiellement les mêmes que celles présentées dans la livraison d'avril du Rapport sur la politique monétaire. L'expansion au premier semestre de 2006 semble avoir été un peu plus forte que prévu, et le dollar canadien s'est échangé à l'intérieur d'une fourchette plus élevée qu'on ne l'avait envisagé dans le Rapport d'avril. La Banque estime actuellement que l'économie fonctionne à un niveau tout juste supérieur à sa capacité de production.

Pour ce qui est de 2007 et 2008, on s'attend à ce que la croissance soit un peu plus faible que projeté dans le Rapport d'avril, en raison surtout des effets retardés de l'appréciation du dollar canadien. Compte tenu de la modération attendue de l'expansion aux États-Unis, conjuguée aux hausses passées des taux d'intérêt et du taux de change, l'économie canadienne devrait revenir à son potentiel d'ici la fin de 2008.

La Banque prévoit que l'économie progressera à un rythme de 3,2 % en 2006, de 2,9 % en 2007 et de 2,8 % en 2008. L'inflation mesurée par l'IPC global devrait se situer en moyenne tout juste au-dessus de 1 1/2 % du milieu de cette année jusqu'au milieu de 2007 — la réduction de la TPS ayant pour effet d'abaisser le taux d'inflation en glissement annuel de 0,6 point de pourcentage durant cet intervalle —, puis remonter à la cible de 2 % et y demeurer tout au long de la période de projection. Le taux d'augmentation de l'indice de référence devrait aussi continuer d'avoisiner 2 % jusqu'à la fin de 2008.

Des risques importants, tant à la hausse qu'à la baisse, entourent la projection de la Banque. Celle-ci est toujours d'avis que ces risques sont relativement équilibrés, les risques à la baisse devenant légèrement prépondérants plus tard au cours de la période de projection, vu la possibilité d'une correction désordonnée des déséquilibres mondiaux.

Le 11 juillet, la Banque a décidé de maintenir le taux cible du financement à un jour à 4,25 %. Elle juge à l'heure actuelle que le taux directeur se trouve à un niveau compatible avec la réalisation de la cible d'inflation à moyen terme. La Banque continuera de suivre l'évolution économique et financière sur la scène mondiale et au pays, ainsi que les ajustements en cours au sein de l'économie canadienne, par rapport à sa projection.