La Banque du Canada a annoncé aujourd'hui qu'elle maintient le taux cible du financement à un jour à 4 1/4 %. La fourchette opérationnelle pour ce taux est inchangée, et le taux officiel d'escompte demeure à 4 1/2 %.

La croissance de l'économie mondiale est restée robuste depuis la publication, en juillet, de la Mise à jour du Rapport sur la politique monétaire. Bien que le rythme d'expansion ait un peu ralenti aux États-Unis, il a continué de se renforcer dans le reste du monde. Les prix des produits de base sont demeurés élevés tout au long de cette période. Au Canada, le niveau de l'activité économique au deuxième trimestre de 2006 a été légèrement inférieur aux attentes de la Banque, à cause surtout de la faiblesse des exportations. L'inflation mesurée tant par l'IPC global que par l'indice de référence a dépassé quelque peu les prévisions de la Banque en juillet, en raison principalement de la vigueur des prix dans les secteurs du logement et des services. Tout bien considéré, la Banque estime néanmoins que les tendances fondamentales de l'économie canadienne évoluent généralement dans le sens de la projection qu'elle avait établie en juillet en ce qui a trait à la production et à l'inflation.

Pour l'avenir, la Banque s'attend encore à ce que l'économie du pays fonctionne près de son potentiel, et à ce que le taux d'accroissement de l'IPC global regagne la cible de 2 % au second semestre de 2007. À la lumière de ces perspectives, la Banque juge à l'heure actuelle que le taux cible du financement à un jour se trouve à un niveau compatible avec la réalisation de la cible d'inflation à moyen terme.

Les principaux risques qui entourent les perspectives pour les prochains trimestres sont les mêmes que ceux exposés dans la Mise à jour de juillet : les risques à la hausse touchant la production et l'inflation au Canada sont surtout liés au dynamisme des dépenses des ménages et à la progression des prix des logements, tandis que le plus important risque à la baisse tient au fait que la demande des ménages aux États-Unis pourrait ralentir plus rapidement que prévu, et réduire ainsi la demande d'exportations canadiennes. Bien que ces deux risques semblent s'être légèrement accentués depuis juillet, la Banque juge encore que, dans l'ensemble, les risques sont relativement équilibrés. Elle suivra de près l'évolution de ces derniers ainsi que la situation économique et financière au pays et à l'étranger. La prochaine livraison du Rapport sur la politique monétaire, qui paraîtra le 19 octobre 2006, contiendra une analyse complète de l'évolution et des tendances de l'économie ainsi que des risques s'y rattachant.

Note d'information :

La prochaine date d'établissement du taux cible du financement à un jour par la Banque du Canada est le 17 octobre 2006.