Endogenous Borrowing Constraints and Consumption Volatility in a Small Open Economy

Disponible en format(s) : PDF

La volatilité de la consommation, par rapport à celle de la production, est systématiquement plus élevée dans les économies émergentes que dans les économies développées. Une explication naturelle de ce phénomène est que les premières sont plus susceptibles de se trouver aux prises avec des contraintes d'endettement, et qu'elles ont, par conséquent, plus de difficultés à recourir aux marchés internationaux de capitaux pour lisser la consommation. L'auteur tente de déterminer dans quelle mesure ce mécanisme peut, à lui seul, expliquer les écarts de volatilité de la consommation observés entre les économies émergentes et développées. Son approche théorique est fondée sur un modèle dynamique d'équilibre général standard d'une petite économie ouverte assujettie à une contrainte d'endettement endogène. La contrainte d'endettement rend parfaitement indifférent le choix de l'une ou de l'autre des deux options suivantes pour la petite économie : i) rembourser la dette extérieure; ou ii) faire défaut et se trouver dans l'obligation de fonctionner en autarcie financière dans l'avenir. Le modèle avec contrainte est calibré en fonction des données de l'économie brésilienne pour la période de 1980 à 2001. Les résultats obtenus par l'auteur donnent à penser que le modèle est en mesure de rendre compte de plus de la moitié de la différence observée au titre de la volatilité de la consommation.