The Long-Term Effects of Cross-Listing, Investor Recognition, and Ownership Structure on Valuation

Disponible en format(s) : PDF

Les auteurs montrent que la hausse de la participation des investisseurs américains au capital d'une entreprise étrangère et l'amélioration de l'information disponible sur celle-ci après son inscription à une bourse des États-Unis ont sur la valeur de ses actions des effets discernables l'un de l'autre. L'appréciation qu'enregistrent les titres d'entreprises canadiennes nouvellement intercotées est passagère. Leur cours culmine en effet durant l'année qui suit, puis il diminue de façon monotone, peu importe le niveau de participation des investisseurs américains au capital ou la structure de l'actionnariat de l'entreprise. Les sociétés intercotées contrôlées par un actionnaire dominant qui possède au moins 20 % du capital-actions attirent en moyenne autant d'investisseurs institutionnels aux États-Unis que celles dont la propriété est plus dispersée, mais leur titre s'apprécie moins lorsqu'elles sont déjà bien connues des investisseurs. S'il est vrai que les investisseurs américains hésitent davantage à investir dans les entreprises émettant deux catégories d'actions, il reste que ces entreprises tirent plus de bénéfices de l'intercotation même quand elles ne parviennent pas à élargir leur actionnariat aux États-Unis. Ce résultat donne à penser que la réduction de l'asymétrie d'information entre l'actionnaire dominant et les actionnaires minoritaires a un effet distinct sur la valeur de l'action là où le conflit d'intérêts entre les deux types d'actionnaire est le plus grand.

Publication :

The Review of Financial Studies (0893-9454)
Juin 2009, vol. 22, no 6, p. 2393-2421