Dans un discours prononcé devant la Canadian Netherlands Business and Professional Association et la Chambre de commerce de l'Union européenne à Toronto, le gouverneur de la Banque du Canada, M. David Dodge, a décrit le paradigme dont se sert cette dernière pour mettre en oeuvre la politique monétaire.

Le régime de poursuite de cibles d'inflation permet aux gens de comprendre facilement comment la Banque réagira à l'évolution de la conjoncture économique. « Ce paradigme simple se révèle d'une grande utilité, compte tenu que la politique monétaire remplit le mieux sa fonction lorsqu'elle est comprise », a déclaré le gouverneur.

M. Dodge a aussi présenté les perspectives établies par la Banque concernant la croissance économique au Canada et dans le reste du monde à l'horizon 2007 et 2008. Il a précisé que l'institution prévoit que l'économie canadienne continuera de fonctionner près de sa capacité de production jusqu'à la fin de 2008.

Le gouverneur a fait remarquer que les risques entourant ces perspectives sont relativement équilibrés et qu'ils se sont quelque peu atténués ces derniers mois. Il a toutefois souligné qu'il subsiste une possibilité que la résorption des déséquilibres mondiaux devienne désordonnée.

La présence de ces déséquilibres met en évidence la nécessité d'améliorer l'efficacité du Fonds monétaire international (FMI), a poursuivi M. Dodge. « Les menaces posées par les déséquilibres mondiaux montrent bien que nous avons besoin d'un organisme international chargé de promouvoir le fonctionnement harmonieux de l'économie du globe », a indiqué le gouverneur.

Un FMI plus efficace passe par l'amélioration de la façon dont il exerce sa surveillance, a soutenu M. Dodge. « J'estime que dans le contexte de la mondialisation croissante de l'économie, il est plus que jamais dans l'intérêt de tous les pays de pouvoir compter sur un FMI plus fort », a-t-il conclu.