Corporate Balance Sheets in Developed Economies: Implications for Investment

Disponible en format(s) : PDF

Les auteurs examinent les bilans nationaux globaux des sociétés non financières de l'Australie et des pays du Groupe des Sept en vue d'évaluer leur structure et leur situation financières. Ils cherchent en particulier à déterminer si la situation financière de ces sociétés (c'est-à-dire leur ratio emprunts / capitaux propres) influe sur les perspectives de l'économie en matière d'investissement et si l'importance de ce canal dépend de la structure du financement des entreprises (financement obtenu auprès des banques ou sur le marché). Les auteurs testent ces hypothèses à l'aide d'un modèle d'investissement dynamique à correction d'erreurs qui prend en compte l'incidence du coût d'opportunité du capital et de la croissance de la production; ils ont recours pour ce faire à un ensemble de données de panel trimestrielles concernant huit économies développées et portant sur la période 1992-2005. Leurs résultats empiriques donnent à penser que la situation financière des sociétés non financières a un effet statistiquement significatif sur la croissance globale de l'investissement des entreprises, encore que cet effet reste quantitativement modeste. Les conclusions des auteurs cadrent par conséquent avec celles des modèles qui tiennent compte de l'existence d'imperfections sur le marché du crédit (telles que la présence d'une information coûteuse et asymétrique). De plus, l'incidence de la situation financière des sociétés semble équivalente sur le plan statistique, que les entreprises d'un pays financent de façon prédominante leurs investissements par voie d'emprunt bancaire ou sur le marché.