L'auteur passe en revue les récents articles consacrés à la comparaison des avantages et des coûts respectifs des cibles de niveau des prix et des cibles d'inflation. Il s'attache plus particulièrement à examiner l'utilité des cibles fondées sur le niveau des prix pour une politique de stabilisation. Il analyse des travaux qui tentent de déterminer dans quelle mesure les cibles de niveau des prix jouent un rôle dans l'arbitrage à court terme entre la variabilité de l'inflation et celle de la production en influençant les attentes relatives à l'inflation future. L'auteur s'intéresse aux implications de cette démarche dans l'hypothèse où une banque centrale qui ne peut prendre d'engagement à l'égard de ses orientations à venir choisit un objectif axé sur une cible de niveau des prix. Il évalue aussi des études récentes qui examinent comment les cibles de niveau des prix permettraient d'éviter que les taux d'intérêt atteignent leur limite inférieure de zéro, et d'autres traitant des incitations que créent les cibles de niveau des prix pour modifier le degré d'indexation des contrats privés.