Short Changed? The Market's Reaction to the Short Sale Ban of 2008

Disponible en format(s) : PDF

L'imposition de restrictions sur les ventes de titres à découvert a-t-elle une incidence sur les cours? Les auteurs analysent la question dans le contexte d'une expérience naturelle entourant la courte période durant laquelle le Canada et les États-Unis ont prohibé ces opérations sur les titres financiers en 2008. Ils utilisent à cette fin un vaste échantillon d'actions de sociétés canadiennes inscrites à la cote d'une bourse américaine. Pour la période d'interdiction, ils observent un élargissement considérable (74 points de base) de l'écart des cours des titres financiers entre les deux pays ainsi qu'un déplacement spectaculaire et étonnant du volume des opérations sur ces titres vers le Canada. Les effets de prix et de volume, dont aucun ne se manifeste dans le cas des titres non financiers, s'inversent après la levée de l'interdiction. De tels résultats tendent à confirmer que les cours reflètent un optimisme accru lorsque les investisseurs pessimistes sont tenus en dehors du marché par l'action contraignante d'une restriction des ventes à découvert (Miller, 1977). Ils impliquent également que ces investisseurs prédominaient davantage aux États-Unis, ce que corrobore le fait que, avant le début de la période d'interdiction, la proportion des titres vendus à découvert dans l'échantillon retenu était beaucoup plus élevée dans ce pays qu'au Canada.