À l'aide de techniques bayésiennes, les auteurs estiment le modèle d'une petite économie ouverte au sein de laquelle le pouvoir d'emprunt des consommateurs est limité par la valeur de leur patrimoine immobilier. L'étude vise à quantifier le rôle joué par les emprunts des ménages adossés à des actifs réels dans le cycle économique au Canada. D'après les résultats obtenus, l'introduction de contraintes de crédit améliore l'adéquation générale du modèle. En particulier, la présence de garanties immobilières permet d'établir une corrélation positive entre la consommation et le prix des maisons. Les auteurs constatent en dernier lieu que les effets induits par ce type de garantie expliquent dans une large mesure la croissance de la consommation pendant le cycle d'envolée et d'effondrement des prix du logement à la fin des années 1980.