Capital Requirement and Financial Frictions in Banking: Macroeconomic Implications

Disponible en format(s) : PDF

L'auteur élabore un modèle d'équilibre général dynamique et stochastique qui comporte un secteur bancaire actif, un accélérateur financier et des frictions financières sur le marché interbancaire et le marché des fonds propres bancaires. Il cherche à déterminer l'importance des frictions du secteur bancaire dans les fluctuations économiques et évalue le rôle des exigences réglementaires en matière de fonds propres dans la propagation des effets des chocs au sein de l'économie réelle. Les fonds propres bancaires sont introduits pour satisfaire aux exigences réglementaires, et ils servent de garantie d'emprunt sur le marché interbancaire. Les frictions financières sont introduites sous l'hypothèse d'une asymétrie d'information entre prêteurs et emprunteurs qui crée des problèmes d'aléa moral et d'antisélection sur le marché interbancaire et le marché des fonds propres bancaires, respectivement. Les banques à fort levier financier sont vulnérables et, par conséquent, se financent à coût plus élevé. L'auteur constate que les frictions financières sur les deux marchés amplifient et propagent les effets des chocs; par contre, les exigences en matière de fonds propres atténuent l'incidence réelle des chocs globaux (dont les chocs financiers), réduisent les volatilités macroéconomiques et stabilisent l'économie.