Has the Inclusion of Forward-Looking Statements in Monetary Policy Communications Made the Bank of Canada More Transparent?

Disponible en format(s) : PDF

Pour déterminer à quel point la politique monétaire de la Banque du Canada a gagné en transparence, les auteurs étudient de façon empirique – sur la période allant du 30 octobre 2000 au 31 mai 2007 – la réaction des marchés financiers canadiens aux communications officielles de l'institution, et en particulier leur réaction aux indications sur l'évolution future du taux directeur qui sont intégrées depuis quelque temps à ces messages. Ils constatent que les communiqués publiés aux dates d'annonce préétablies et, dans une moindre mesure, les discours prononcés par les membres du Conseil de direction ont une incidence marquée sur les attentes relatives aux taux d'intérêt à court terme, ce qui dénote l'importance de ces éléments d'information pour les intervenants du marché. Cependant, depuis que la Banque inclut régulièrement des déclarations prospectives dans ces communications, celles-ci influent peu sur les taux du marché. Les auteurs vérifient la valeur de deux hypothèses avancées pour expliquer ce changement : a) les acteurs du marché comprennent mieux la fonction de réaction de la politique monétaire de la Banque, car le régime de dates d'annonce préétablies leur est plus familier; b) les acteurs du marché centrent davantage leur attention sur les déclarations prospectives de la Banque, et moins sur son analyse des perspectives économiques, si bien qu'ils réagissent moins qu'avant à la parution de nouvelles statistiques macroéconomiques. Les auteurs obtiennent des résultats qui corroborent la seconde hypothèse : les déclarations prospectives – même si elles sont conçues comme des énoncés conditionnels – ont donné aux décisions de la Banque sur le taux directeur plus de prévisibilité, mais pas forcément plus de transparence.