Les auteurs passent en revue plusieurs mécanismes importants susceptibles d’expliquer la ventilation des flux de capitaux internationaux entre investissements directs étrangers (IDE), investissements de portefeuille étrangers et flux d’endettement (emprunts bancaires et obligations). Ils s’intéressent tout particulièrement aux deux frictions suivantes : l’asymétrie d’information sur les marchés de capitaux et l’exposition aux chocs de liquidité. Ils montrent que l’asymétrie d’information entre les investisseurs étrangers et nationaux entraîne de l’inefficience dans l’allocation des capitaux lorsqu’un pays finance ses investissements internes au moyen de capitaux étrangers. L’exposition aux chocs de liquidité découlant de l’asymétrie des échéances entre les actifs et les passifs peut induire des crises bancaires et de brusques inversions des flux de capitaux à court terme. Lorsqu’il y a asymétrie d’information entre acheteurs et vendeurs sur le marché des capitaux, la présence d’antisélection entraîne des coûts de liquidation plus élevés pour les IDE que pour les investissements de portefeuille. Les différences d’exposition aux chocs de liquidité (ajoutées à l’asymétrie d’information) expliqueraient la composition différente des flux d’investissements sous forme de prises de participation entre économies développées et émergentes, ainsi que le comportement des IDE lors des crises financières.

Aussi publié sous le titre :

Kirabaeva K. et Razin A. (2013). « Composition of International Capital Flows », dans The Evidence and Impact of Financial Globalization, sous la direction de Gerard Caprio, vol. 3, Oxford, Elsevier Inc., p. 105-119.