Les auteurs analysent la fiabilité des prix des contrats de swap sur défaillance comme indicateurs des probabilités de défaut durant la crise financière de 2007-2008. À partir de données issues du système financier canadien, ils montrent que si ces mesures du risque accessibles au public sont révélatrices des difficultés initiales éprouvées par l’ensemble du système financier, néanmoins, elles ne permettent pas une appréciation des risques qu’implique l’hétérogénéité des comportements des banques sur le marché des prêts à court terme. Les stratégies adoptées au sein du système de paiement et l’ampleur du recours aux mécanismes d’octroi de liquidités, aussi bien courants qu’exceptionnels, des banques centrales semblent être des indicateurs additionnels plus utiles de la situation de liquidité de banques particulières que les contrats de swap. Les banques centrales devraient par conséquent se servir des données de haute fréquence relatives à la demande de liquidité pour se faire une idée plus juste de la santé financière des divers participants au système financier.