Determinants of Financial Stress and Recovery during the Great Recession

Disponible en format(s) : PDF

Les auteurs étudient la relation entre les tensions observées dans le secteur financier national et les fuites de capitaux survenues pendant la crise mondiale de 2008-2009. Tant le moment où les tensions financières internes sont apparues dans les pays en développement que l’ampleur du repli des indices boursiers du sommet au creux du cycle se comparent à ce qui s’est produit dans les pays à haut revenu, de sorte qu’il n’y a pas eu de découplage, même avant l’effondrement de Lehman Brothers. La réduction des leviers financiers par les entreprises des pays de l’OCDE semble avoir été le trait dominant du comportement des flux de capitaux durant la crise. Le plus souvent, les pays à haut revenu ont connu des entrées nettes de capitaux et d’investissements de portefeuille au cours des deux trimestres de la crise, tandis que les pays en développement enregistraient des sorties nettes. Par contre, les indicateurs de tension dans le secteur bancaire ont été plus élevés en moyenne dans le premier groupe de pays que dans le second. Les tensions internes et externes pendant la crise avaient un rapport étroit avec les facteurs sousjacents communs qui expliquent la gravité des tensions à la fois lors de la crise et durant la reprise. Les vulnérabilités externes ont été importantes dans les deux phases, et de hauts niveaux des réserves de change n’ont pas fourni de protection contre les tensions financières.

Publication :

International Journal of Finance & Economics (1076-9307)
Octobre 2012, vol. 17, no 4, p. 347-372