Security Transaction Taxes and Market Quality

Disponible en format(s) : PDF

Les auteurs examinent les neuf changements que l’État de New York a apportés à sa taxe sur les transactions de titres entre 1932 et 1981. Ils constatent que l’instauration d’une taxe de ce genre ou sa majoration conduit à un élargissement des écarts entre les cours acheteur et vendeur, à une baisse des volumes ainsi qu’à une augmentation de l’incidence des transactions sur les prix. À l’inverse de ce que prédisent les théories prônant l’imposition d’une taxe sur les transactions afin de réduire la volatilité des marchés financiers, ils n’observent aucun lien systématique entre le niveau de la taxe et celui de la volatilité. Ils se penchent aussi sur la tendance qu’auraient les arbitragistes à se relocaliser pour soustraire leurs transactions à la taxe. Les données ne corroborent pas cette hypothèse. Les auteurs relèvent cependant des indices montrant que l’imposition d’une taxe sur la valeur nominale d’une action incite la société émettrice à gérer cette valeur de manière à minimiser l’effet de la taxe sur les investisseurs.