Au moyen d’un modèle d’équilibre général qui intègre des contraintes d’emprunt endogènes liées à la valeur des garanties, les auteurs étudient, à partir d’un échantillon représentatif de pays aux secteurs financiers de taille différente, la relation entre le degré de développement financier d’un pays et les variations de son cycle économique. Le secteur financier peut accentuer ou modérer la volatilité des revenus en amplifiant ou en réduisant les effets des chocs technologiques sur les cycles économiques. Les auteurs font ressortir une relation non monotone entre la volatilité des revenus et le degré de développement du système financier mesuré par le volume des prêts. Sans contredit, le niveau des revenus s’accroît dans les pays au système financier plus développé; la volatilité peut, par contre, augmenter ou diminuer selon le degré de développement financier.