Nous analysons le comportement dynamique des flux nets de main-d’oeuvre aux États-Unis induit par un choc technologique positif. Dans notre étude, les chocs technologiques désignent des perturbations menant à une hausse à long terme de la productivité relative dans un État, eu égard à un ensemble de 226 paires d’États qui rendent compte de 80 % des flux de main-d’oeuvre enregistrés à l’intérieur des frontières américaines de 1976 à 2008. Selon les données utilisées, un choc technologique positif suscite des réactions hétérogènes en ce qui concerne l’emploi et les flux nets de main-d’oeuvre interétatiques. Pour refléter cette observation, nous construisons un modèle d’équilibre général dynamique et stochastique à deux régions où la mobilité des travailleurs est endogène et les chocs ont une spécificité régionale. Nous étalonnons ce modèle en tenant pleinement compte des écarts relevés dans les niveaux de rigidité nominale entre États. Nous montrons que le modèle reproduit les divers types de réactions de l’emploi et des flux nets de main-d’oeuvre causées par un choc technologique.