Global Inflation Dynamics in the Post-Crisis Period: What Explains the Twin Puzzle?

Disponible en format(s) : PDF

La dynamique de l’inflation au sein des pays avancés a donné lieu à deux énigmes, qui se sont succédé après la crise financière mondiale. La première apparaît au moment où, de 2009 à 2011, les taux d’inflation étaient systématiquement plus élevés que prévu tandis que le niveau des capacités excédentaires atteignait, de mémoire récente, un sommet. La seconde énigme persiste à ce jour : malgré la reprise, l’inflation connaît un affaiblissement rapide pour la première fois en 2012. Dans son étude, l’auteur spécifie tout d’abord une courbe de Phillips mondiale de l’inflation nominale en s’appuyant sur les anticipations d’inflation de prévisionnistes professionnels, ainsi qu’une mesure des capacités excédentaires à l’échelle internationale pour la période allant du 1er trimestre 1995 au 3e trimestre 2013. Après la crise, les points de données de la courbe présentent une forme homogène sensiblement différente de la forme épousée avant ou pendant la crise. L’auteur évalue ensuite l’aptitude de plusieurs variables explicatives à améliorer l’adéquation statistique sur l’échantillon pour la spécification choisie de la courbe de Phillips. De son analyse se dégagent trois conclusions importantes. 1) Les déterminants habituels permettent encore d’interpréter une bonne partie de la dynamique de l’inflation à l’échelle internationale. 2) Les anticipations d’inflation des ménages sont un apport important à la courbe de Phillips mondiale. 3) L’orientation de la politique budgétaire aide à expliquer le comportement de l’inflation dans le monde. La prise en compte de ces trois observations rend possible une reproduction plus fidèle de la dynamique de l’inflation dans l’après-crise.