Agency Costs, Risk Shocks and International Cycles

Disponible en format(s) : PDF

Dans un modèle de cycle économique à deux pays et à deux biens, nous intégrons des coûts de délégation à la manière de Carlstrom et Fuerst (1997). Dans notre modèle, les variations du prix relatif de l’investissement sont endogènes. Malgré l’absence de corrélation entre les chocs technologiques spécifiques aux pays, les prix relatifs de l’investissement sont positivement corrélés dans les deux pays, à l’instar de ce que l’on observe pour le couple États-Unis-zone euro dans les données dépouillées de leur composante tendancielle. Nous constatons également que les frictions financières ont tendance à accroître la volatilité des termes de l’échange et les corrélations de la consommation, des heures travaillées, de la production et de l’investissement entre pays. Nous comparons ensuite les résultats obtenus à ceux d’une variante du modèle dans laquelle sont incorporés des chocs de risque à la manière de Christiano, Motto et Rostango (2014). Nous employons des données relatives aux écarts de crédit aux États-Unis pour calibrer un processus autorégressif d’ordre 1 pour les chocs de risque. Il ressort de notre analyse que l’ampleur des chocs de risque est trop faible pour exercer une influence notable sur la dynamique du modèle.