Monetary Commitment and the Level of Public Debt

Disponible en format(s) : PDF

Nous analysons les interactions entre une politique monétaire à laquelle l’autorité responsable n’entend pas déroger et une politique budgétaire discrétionnaire, à l’aide d’un modèle caractérisé par l’existence d’une dette publique, des dépenses publiques endogènes, des distorsions fiscales et des rigidités nominales. Les décisions d’ordre budgétaire sont susceptibles d’être infléchies, mais elles sont parfaites au sens de Markov. L’engagement des autorités monétaires à s’en tenir à une trajectoire des taux d’intérêt donne lieu à un niveau de dette unique. Ce niveau de dette est positif si la banque centrale adopte des stratégies en boucle fermée qui lui font relever le taux d’intérêt réel lorsque, en raison de la décision de l’autorité budgétaire de s’éloigner de la politique budgétaire annoncée, l’inflation observée dépasse le taux cible. Une adhésion plus stricte au régime de ciblage de l’inflation se traduit par une baisse de la dette et un accroissement du bien-être. Un taux d’intérêt calculé selon de simples règles de Taylor permet d’atteindre des niveaux de bien-être comparables à ceux obtenus par l’application de stratégies complexes en boucle fermée.