Les risques liés à la stabilité financière sont devenus d’actualité dans la foulée de la crise financière mondiale et de la période prolongée de très bas taux d’intérêt qui a suivi. Le présent article examine l’importance du dosage des politiques monétaire et budgétaire pour la stabilité financière au moyen de simulations contrefactuelles de trois grands épisodes historiques, réalisées à l’aide du principal modèle macroéconomique de la Banque, TOTEM (« Terms-of-Trade Economic Model »). Ces simulations mettent en lumière l’existence d’un lien étroit entre le dosage des politiques monétaire et budgétaire et la dynamique de l’accumulation de la dette des secteurs privé et public. L’objectif n’est pas ici d’élaborer des critères d’optimisation du dosage des politiques, car les simulations montrent clairement que le dosage approprié dépend fortement de la conjoncture. Ce constat fait ressortir la nécessité d’un cadre cohérent pour évaluer les conséquences financières et macroéconomiques relatives de l’accumulation de la dette publique et de la dette privée. En outre, les résultats de l’analyse donnent à penser que la coordination ex ante des politiques monétaire et budgétaire comporte des avantages potentiels, et que le cadre de politiques du Canada – en vertu duquel les autorités monétaire et budgétaire conviennent conjointement d’une cible d’inflation tout en consacrant l’indépendance opérationnelle de la banque centrale – représente un dispositif de coordination élégant.