Ce que révèle une analyse sectorielle des dynamiques récentes de l’inflation au Canada

Disponible en format(s) : PDF

La décomposition de l’inflation mesurée par l’indice des prix à la consommation (IPC) global au Canada, au moyen de ses principaux facteurs macroéconomiques, comme présentée dans le plus récent Rapport sur la politique monétaire, est un exercice intéressant. Ce dernier montre comment, à travers le temps, la transmission des variations du taux de change, les prix des produits de base et l’écart de production influencent l’évolution du taux de l’inflation globale. Par contre, cette approche agrégée pourrait masquer d’importants changements sectoriels. En faisant un examen plus approfondi des grandes composantes de l’IPC (énergie, aliments achetés en magasin, biens hors aliments et énergie, services), cette note identifie les principaux facteurs sectoriels à l’origine des dynamiques récentes de l’inflation. Il ressort de cette analyse que l’évolution du prix des produits énergétiques de consommation a été une source importante de pressions à la baisse sur l’inflation globale, alors que la progression des prix des aliments achetés en magasin et celle des prix des autres biens ont en partie offert un contrepoids. Ce contrepoids reflète entre autres l’effet de l’impulsion passagère due à la transmission de la dépréciation passée du dollar canadien. Finalement, la croissance récente des prix des services a été relativement modérée, notamment en raison de la marge de capacités excédentaires et de la progression peu marquée des salaires, ce qui a aussi contribué à la faiblesse du taux de l’inflation globale.