The US Labour Market: How Much Slack Remains?

Disponible en format(s) : PDF

Bien que le taux de chômage aux États-Unis soit proche des estimations du taux de chômage non accélérationniste (TCNA), il subsiste encore une marge de ressources inutilisées dans ce pays, comme en témoigne le niveau élevé de diverses mesures du sous-emploi. En effet, la proportion de travailleurs occupant involontairement un poste à temps partiel et celle des chômeurs de longue durée demeurent importantes à ce stade-ci du cycle économique, ce qui donne à penser que le facteur travail disponible est sous-utilisé. Des améliorations dans ces proportions pourraient accroître sensiblement l’utilisation du travail et soutenir la croissance économique. De plus, cette marge de ressources inutilisées pourrait aussi, dans une large mesure, trouver son explication hors de la population active, dans le taux d’activité relativement faible, celui-ci ayant reculé de plus de 3 points de pourcentage depuis 2007. Dans la plupart des analyses, y compris celle-ci, le vieillissement de la population est présenté comme un important facteur pour expliquer le recul du taux d’activité, ce qui implique que la marge de ressources inutilisées serait moins grande que ne l’indique la baisse du taux d’activité officiel. Il existe cependant une incertitude considérable quant à la question de savoir si la baisse de l’activité qui n’est pas liée au vieillissement est attribuable à un phénomène cyclique ou bien structurel et si elle est donc bien indicatrice de ressources inutilisées. L’examen des données historiques porte cependant à croire qu’un nombre non négligeable d’individus dans la population inactive pourraient redevenir « actifs » et réintégrer le marché du travail si celui-ci s’avérait plus tendu. Des recherches plus approfondies sont nécessaires pour déterminer si la relation qui se dégage de l’analyse des données historiques est toujours pertinente dans le contexte actuel.