Dans cette étude, les auteurs proposent un modèle pragmatique pour atténuer la procyclicité des marges initiales prescrites par les contreparties centrales, même en périodes de tensions excessives. Le modèle permet aux contreparties centrales de limiter la vitesse d’augmentation des marges résultant de brusques poussées de la volatilité du marché. Afin de maintenir le niveau de protection désiré contre le risque, le modèle permet de couvrir, par le moyen d’accords de partage des pertes, une partie des plus fortes hausses de marges réputées procycliques. En vue de faciliter l’adoption du modèle, les auteurs restreignent le partage des pertes par l’imposition de limites de crédit bilatérales. Les auteurs entreprennent un exercice empirique pour démontrer que, même avec des hypothèses prudentes, l’approche proposée peut générer un allègement de marges important sans générer de pertes que les membres compensateurs ne peuvent absorber.